Les diadèmes de mariage de Meghan Markle et de la princesse Eugenie d’York ont beaucoup fait parler cette année, mais c’était cette fois au tour cette semaine d’une Letizia d’Espagne couronnée d’éblouir le public, à l’occasion du dîner de gala donné à Madrid en l’honneur du président de la République populaire de Chine Xi Jinping et sa femme Peng Liyuan, point d’orgue de leur visite d’Etat du 27 au 29 novembre 2018.

Deux semaines après leur déplacement diplomatique au Pérou, le roi Felipe VI d’Espagne et la reine Letizia étaient à leur tour hôtes pour la venue sur leur sol du couple présidentiel chinois, qui coïncidait avec le 45e anniversaire du début des relations diplomatiques entre les deux nations. Les deux chefs d’Etat ont d’abord eu une entrevue en fin de journée le mardi 27 novembre au palais de la Zarzuela, en présence également des ministres des Affaires étrangères et ambassadeurs de leurs pays respectifs, suivie d’un dîner privé, toujours à la résidence royale. Pour l’occasion, la reine Letizia avait revêtu une robe bleue sans manches griffée Felipe Varela, son couturier star pour les grandes occasions, qu’elle avait portée notamment en 2017 au concert des prix Princesse des Asturies. Les deux premières dames étaient coordonnées à la perfection, Peng Liyuan portant une tenue à col mao d’une teinte de bleu très proche.

Ce n’est qu’au matin du mercredi 28 qu’avait lieu la cérémonie officielle de bienvenue : au palais à Madrid, le roi Felipe VI et la reine Letizia accueillaient alors formellement le président Jinping et son épouse, assistant dans la cour intérieure du complexe royal au protocole (hymnes nationaux, revue de la garde royale, parade militaire). Suite à quoi, Xi Jinping s’est rendu à la charmante Plaza de la Villa toute proche pour y recevoir les clés de la ville de Madrid, cependant que Letizia emmenait Peng Luyan visiter le théâtre royal voisin, juste en face du palais, avec notamment le ministre de la Culture et des Sports. Sous leurs manteaux (dont un très joli modèle rose clair signé Carolina Herrera sur les épaules de Letizia), les deux premières dames semblaient à nouveau s’être passé le mot, portant toutes deux des tons clairs et chauds. A l’intérieur de l’édifice, la reine espagnole dévoilait ainsi une ravissante robe à fleurs Asos rose poudré, au côté de son invitée vêtue d’un ensemble beige. Elles ont pu découvrir avec le directeur artistique Joan Matabosch les coulisses de l’opéra Turandot et rencontrer les interprètes de ses deux protagonistes, le ténor Jae-Hyoeung Kim et la soprano Yolanda Auyanet, avant de les regarder interpréter quatre airs de Turandot.

Letizia sort pour la première fois le “diadème russe”, attention les yeux !

La journée s’est achevée par un dîner d’Etat où les deux couples ont brillé par leur élégance, habillés de noir à l’unisson, Felipe VI et l’épouse de Xi Jinping apportant deux touches de blanc. La reine Letizia, vêtue de la robe en velours noir Felipe Varela qu’elle avait étrennée l’an dernier à l’occasion de la venue du couple présidentiel argentin, se distinguait par le somptueux accessoire posé sur sa tête : le diadème Cartier “Loop” (ou Russian Tiara) en platine serti de diamants et perles, confectionné par le joaillier français pour l’archiduchesse Maria Christina d’Autriche-Hongrie à l’occasion de son mariage en 1879 avec le roi Alphonse XII d’Espagne. Spectaculaire. Un peu d’histoire : à la mort de Maria Christina (en 1929), Alphonse XIII, son fils, avait hérité du colossal diadème, qui l’avait ensuite transmis à sa fille la princesse Maria Mercedes, comtesse de Barcelone, qui le prêta volontiers au fil de décennies aux femmes de sa famille (notamment l’infante Pilar). A sa disparition (en 2000), le diadème a atterri dans les mains du roi Juan Carlos Ier et réapparaît en quelques occasions dans les cheveux de son épouse la reine Sofia, en 2006 et 2007. Depuis, il était demeuré invisible…

Dans son discours de circonstance lors du banquet, le roi Felipe, vantant la force de l’amitié sino-espagnole et appelant de ses voeux un avenir bilatéral radieux, s’est inspiré de la numérologie chinoise, une croyance très enracinée dans l’Empire du milieu : “En cette année 2018, les chiffres bénissent notre amitié, a-t-il déclaré. Tandis que la Chine célèbre les 40 ans du programme “Réforme et Ouverture”, en Espagne nous célébrons les 40 ans de la Constitution de 1978. A nous deux, ce sont 80 ans d’ouverture au monde et de réformes de nos sociétés respectives, et nous savons tous que le chiffre 8 est le meilleur des augures dans la numérologie traditionnelle chinoise.” Bien joué, Felipe.

Click Here: nsw blues shirt

Ce jeudi 29 novembre 2018, le couple royal espagnol reprenait les affaires courantes, le monarque assurant à la Maison de l’Amérique l’inauguration d’une exposition sur “40 ans de diplomatie en démocratie”, tandis que la reine Letizia continuait dans le registre des anniversaires avec les 40 ans de l’Institut national de l’emploi.

Mittie B Brack News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *