Alors que le musée du Quai Branly fête cette semaine ses 10 ans, Claude, la fille de Jacques Chirac, donne des nouvelles de l’état de santé de son père.

A 83 ans, les apparitions publiques de Jacques Chirac se font de plus en plus rares. La dernière était d’une infinie tristesse, le jour des obsèques de sa fille aînée, Laurence, décédée au mois d’avril. L’ancien chef de l’État a également des problèmes de santé qui rendent compliqués ses déplacements. Samedi, sur le plateau du 20h de France 2, sa plus jeune fille, Claude, a voulu se montrer rassurante au sujet de l’état de l’ex-président de la République.

Venue parler de la prochaine exposition organisée au musée de Quai Branly en l’honneur de son père, « Jacques Chirac ou le dialogue des cultures », la fille de l’homme politique s’est vu demander par Marie Drucker si l’ancien président était en mesure de se déplacer sur place pour l’occasion. « Mais bien sûr! a rétorqué la fille du couple Chirac. Il va le mieux possible ». Elle a tout de même tenu à apporter une précision importante: « Il ne sera bien sûr pas là lundi puisqu’il s’est retiré depuis un certain temps de la vie publique ». Claude Chirac fait ici référence à l’inauguration de l’exposition qui se déroulera lundi 20 juin en présence de l’actuel chef de l’État, François Hollande.

Claude Chirac estime cependant que son père a de fortes chances de visiter l’exposition. « Il ira, c’est certain ». Une conviction étayée par Stéphane Martin, président de l’établissement public du musée, qui rappelle « qu’il n’y a pas vraiment d’exposition au quai Branly [que Jacques Chirac] n’ait pas vue d’une manière ou d’une autre. En général, ajoute-t-il, il est toujours venu discrètement, tranquillement. Je pense qu’il voudra voir celle-là.” D’autant que comme le révèle Claude Chirac au Parisien, son père Jacques a »prêté quatre objets” au musée pour le bien de l’exposition. « La dent de narval offerte par son ami Jean Chrétien, l’ancien Premier ministre canadien, un boli bambara offert par son cabinet, une petite statuette Kongo qui se trouvait sur son bureau à l’Élysée et que l’on appelait Kofi Annan, et sa chronologie de l’humanité dont il ne s’est jamais séparé ».

Organisée du 21 juin au 9 octobre prochain, l’exposition « Jacques Chirac ou le dialogue des cultures » souhaite, à l’occasion des dix ans de l’établissement, dresser un portrait permettant de « re)découvrir la passion de l’ancien Président de la République pour l’Asie, et pour le Japon en particulier, ou son intérêt méconnu pour les arts précolombiens. » Lundi, en l’honneur de l’ex-président de la République, le musée du Quai Branly sera également renomméQuai Branly-Jacques Chirac. “Je suis convaincue que cela lui fait plaisir, commente Claude Chirac au Parisien. En tout cas, moi, je suis très fière.”

Mittie B Brack News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *