Il est réputé pour transformer tout ce qu’il touche en or. Simon Fuller, producteur de disques et de télévision connu outre-Manche (et à travers le monde !) pour avoir entre autres lancé dans les années 1990 les S Club 7 et les Spice Girls, est depuis plus de deux décennies l’associé de l’ombre de David et Victoria Beckham. Businessman avisé (il est notamment le créateur du télé-crochet Pop Idol, décliné en France sous la forme Nouvelle Star et aux Etats-Unis avec American Idol), il les accompagne dans toutes leurs affaires. C’est lui qui a permis à la designer de lancer sa marque de vêtements en 2008, lui qui a pris en main l’image du sportif pendant et après sa carrière de footballeur, propulsant les stars anglaises au rang d’icônes mondiales. En un résumé : si David et Victoria Beckham sont à la tête d’un tel empire aujourd’hui, c’est presque entièrement grâce à Simon Fuller.

Mais selon les indiscrétions rapportées dimanche 4 novembre 2018 par le Daily Mail, les choses ne seraient plus vraiment au beau fixe entre Simon Fuller et l’un de ses partenaires. Retraité depuis cinq ans, David Beckham aurait officiellement décidé qu’il n’avait plus besoin de l’homme de 58 ans pour gérer ses affaires. Il est en outre en train de négocier avec lui pour racheter les parts de la société qu’ils ont fondée ensemble, DB Ventures. Officieusement, la raison de cette démarche est bien plus simple : David Beckham veut fermer le porte-monnaie, désireux de tout garder pour lui. “Il y a une dispute importante au sujet de l’argent“, écrit la chroniqueuse Katie Hind, qui dévoile l’information.

Un empire qui génère des recettes hallucinantes

En 2017, l’entreprise de David Beckham avait enregistré un bénéfice d’environ 25 millions de livres (28,4 millions d’euros) grâce notamment au succès de sa marque de vêtements pour hommes Kent & Curwen, dont les pièces se vendent comme des petits pains. “Son rôle d’ambassadeur mondial du groupe d’assurance vie asiatique AIA à Hong Kong” rapporte également beaucoup d’argent “avec une valeur considérée supérieure à 5 millions de livres par an“. Sans parler de tous ses autres contrats dans le monde de la mode. De plus, Simon Fuller est aussi en partie propriétaire de l’équipe de football américaine de David Beckham, Inter Miami, dont il pourrait céder ses parts.

S’il y a une fin de partenariat entre Simon Fuller et David Beckham, le Daily Mail précise que l’homme d’affaires restera “actionnaire au sein de la marque de Victoria, qu’il continuera également de manager“. Simon Fuller gère en effet la carrière de l’ex-Spice Girl depuis le milieu des années 1990. Quant à David, la rupture semble entièrement consommée. “David veut aller de l’avant sans Simon. Maintenant qu’il ne joue plus au football, il se considère comme un homme d’affaires et veut se libérer de tout cela. Il y a beaucoup de disputes sur l’argent. La marque Beckham existe depuis 23 ans et ce n’est pas facile de tout démêler“, a confié un indiscret. Simon Fuller, de son côté, veut aussi aller de l’avant. “Ses amis disent qu’il n’a plus besoin de David dans son écurie.

La fin d’une ère.

Click Here: Mexico football tracksuit

Mittie B Brack News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *